BÛCHE – Samedi 28 Août


22h – Concert de clôture

Bûche a une approche du poum-poum-tchack de type profonde, pour ne pas dire méta-dynamique, soit envoyer de la pulse quoiqu’il en coûte pour que se déhanche le booty. Tout rentre dans un ordinateur et se transforme en temps réel, comme un Einstein lâché sur la piste à dansoir du XXIème siècle en somme. Ça ne rentre pas exactement dans le cadre des musiques technoïdes mais il y a quand même un petit aspect touffu côté électronique. On ne peut pas non plus vraiment considérer que ce soit de la transe mais quand ça plane, ça plane pour toi « ou wi ou ou ». Le registre emprunte donc volontairement à l’intertextuel, ce qui signifie que ça flirte parfois avec les limites du risible, et qu’on y navigue généralement un demi-ton au-dessous de drôle et trois tons au-dessus de pétillant. Ça se secoue très fort à l’ouverture en tout cas.